Session du 28 mars au Conseil Régional

Publié le par Des idées. Du concret.

Véronique MarendatLors de la dernière séance au Conseil Régional, nous avons évoqué un dossier en chantier depuis plus de 10 ans, la réhabilitation des locaux du CFA de Charente.

 

Il a donc été proposé la création d'un campus des métiers pour la Charente, autour de 5 pôles : pôle des métiers industriels et de la mécatronique à l'Isle d'Espagnac; pôle des métiers artisanaux et de service de Barbezieux; pôle des métiers du bâtiment et de l'éco construction à Chasseneuil (confié à 3CA et non plus au CFA); pôle d'enseignement supérieur et d'ingénieur à la Couronne; et enfin un pôle des métiers du Cognac à Cognac.

 

Le CFA ainsi réorganisé, Cognac perd les métiers de l'hôtellerie, restauration et cuisine réunis à L'Isle-d'Espagnac. Même chemin pour la réparation automobile, l'électricité-bâtiment, le sanitaire-thermique et autres, prennent la direction de Chasseneuil-sur-Bonnieure. Barbezieux récupère les métiers de bouche qui seraient « complémentaires avec l'offre de Jonzac », dixit Françoise Mesnard.

 

Pour notre groupe via Véronique Marendat, élue régionale d'opposition et maire de Segonzac, le projet de la Région méritait « un ou deux mois de plus de travail » pour avoir une « vision régionale des formations » et aboutir à « plus de cohérence ». Une intervention largement inspirée du discours de la Chambre des métiers, hostile au projet de la Région qui lui a préféré la 3CA-BTP pour gérer le centre unique du bâtiment à Chasseneuil-sur-Bonnieure.

Notre collègue a donc demandé un report de la délibération (pour la session fin mai) et une réflexion en commission. Madame Ségolène Royal a répondu que "toute nouvelle organisation ne satisfera pas tout le monde puisqu'on doit concilier l'inconciliable. Ma responsabilité est d'arbitrer. "

Pourtant, Véronique Marendat estime, à juste titre, que le projet n'ést « pas du tout approfondi sur Cognac » et elle s'inquiéte, par exemple, de l'avis des restaurateurs du cognaçais qui reçoivent actuellement des apprentis en service et cuisine.

 

Si les élus charentais de l'opposition sont sceptiques, c'est parce que les lignes du plan ont beaucoup bougé ces dernières semaines. Henri de Richemont s'est d'ailleurs étonné que dans une version du 1er mars, il soit prévu que les effectifs d'apprentis croissent de 10 % pour maintenant, au 28 mars, obtenir un + 20 % : « De façon miraculeuse sur Cognac, on passe de 174 apprentis à 238 » sachant que pour être viable, un CFA doit pouvoir recevoir au moins 260 apprentis..... nous serons vigilants sur l'évolution de ce dossier.

Publié dans Mandat régional

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article